Contes

Publié le par Muriel Diallo

  « Les oiseaux qui nous disent des secrets lui appartiennent. Elle est la voix qui dit par ici par ici »

Clarissa Pinkolas Estès

                         dfghjk-copie-1.jpg

 

   aze.jpgaz.jpgaze-copie-1.jpg          

  

                                               Portrait de Muriel la conteuse par les MS

 

EXTRAIT DE  LA CONFERENCE « Le conte, facteur d’éducation »

Animée par Muriel Diallo

A la Médiathèque de Yerres

« …j’ose le redire, la diversité culturelle mérite d’être réaffirmée avec force. Mon histoire n’est pas unique. Elle est une preuve de la cohésion possible entre l’oralité, l’écrit et l’image.  A la longue, j’ai fini par comprendre que le fait de ne pas avoir d’écriture, ne prive pas d’avoir un passé, une culture. L’écriture est une chose, le savoir en est une autre. Née en Afrique après les indépendances, j’ai passé ma petite enfance dans un environnement où le livre avait une place de choix… »

 

 

Extrait de larticle « le conte comme prétexte »

                           (Revue Osaka) Muriel Diallo

 

…Il était une fois un grand loup noir au regard fourbe et un petit chaperon doré comme un petit pain d’épice. Il y avait non loin, une forêt dans laquelle habitait un grand-père barbu comme Barbe Bleu et une grand-mère au nez crochu Babayaga qui s’ennuyait de ne pas avoir d’enfants…à mettre sous la dent. Le grand-père avait un chat chaussé des bottes de sept lieux. Chat botté le jour, petit poucet la nuit, l’un et l’autre savaient de qui tenir car de sa branche, maître Corbeau tendait la perche à qui traînassait la patte !

                  Et puis…il y a moi !

 

 

Commenter cet article